Concevoir des ateliers en explorant le social learning

L’agence Grain’s Créateur de connaissances a conçu pour le compte du réseau CCI Entreprendre, deux journées de séminaires Entreprise, les 6 et 7 Juillet 2016, en explorant le modèle du social learning.

Ce modèle très associé généralement au fonctionnement des réseaux sociaux (chaque chose est amenée à être reliée en réseau) consiste à proposer des ateliers d’échanges de connaissances sur des sujets liés au changement.

Ateliers CCI France 6 et 7 juillet 2016

Le social learning fonctionne si le processus est itératif, c’est à dire intégré comme un processus répété, considéré source d’apprentissage au sein de l’entreprise. 

Mettre en place un modèle de social learning consiste à : 

Intégrer l‘auto-apprentissage comme premier stade du social learning. En amont des ateliers proposés pour cet événement, l’idée centrale était de concevoir les ateliers comme un parcours d’apprentissage où chacun navigue, d’une thématique à une autre, en fonction de ses motivations et de ses problématiques métiers.

– Partager est un acte d’apprentissage et peut être considérer comme la clause personnelle du social learning. Sans partage, aucun apprentissage social n’est possible. Si la confiance existe, au travers de conversations, nous pouvons partager du savoir implicite. Dans le cadre des ateliers organisés, il s’agissait de créer un environnement où chacun est amené, à l’occasion des différentes activités proposées, de partager librement ce qu’il sait sur chaque thématique.  Au cours de chaque activité, un responsable/ un scribe avait la charge de résumer en -140 mots les éléments marquants recueillis.

Transmettre son savoir ne me prive pas de ce que je sais… L’activité en groupe permet la création de nouveau savoir et de faire évoluer certaines croyances… Des outils comme le World café et le forum ouvert favorisent la génération de nouvelles idées, sans trop de formalisme et d’encadrement.

– Formaliser les savoirs à tous les niveaux (individuellement, collectivement et en réseau) :  Une partie du savoir informel peut être rendu explicite et consolidé à travers la formalisation et la création de nouveau savoir structuré, tel que le storytelling, sous forme de carte heuristique. 

20160707_125031

Dans le cadre des journées, l’objectif était aussi d’évaluer les thèmes proposés, le format des activités, en préservant une certaine convivialité des échanges et apportant un côté ludique à une tâche, très souvent bâclée, car ennuyeuse…

DSC01500

Un autre aspect du Social Learning, et très rarement évalué en fin de dispositif, est d’identifier le ressenti des participants.

Appréciation des échanges entre les participants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA

*