L’innovation pédagogique n’est pas un long fleuve si tranquille…

Le thème de l’innovation pédagogique est très souvent représenté par des groupes de travail en activité de brainstorming, réfléchissant à des solutions communes et produisant très naturellement de nouvelles idées avec une certaine agilité créative

La réalité de l’innovation pédagogique n’est pourtant pas un long fleuve si tranquille… Elle est plutôt le produit d’un travail difficile, associant de nombreux paradoxes et de nouvelles idées très souvent disparates, voire opposées…

Les organisations s’orientant sur des projets d’innovation pédagogique acceptent ce facteur humain tout au long du développement des projets. Ces organisations se concentrent dans un premier temps sur la création de groupes de travail pluridisciplinaires pour les amener à devenir de véritables communautés.

Pour être en capacité d’avancer dans un processus d’innovation, ces communautés se rassemblent autour de plusieurs valeurs communes : la fierté d’être audacieuses, la responsabilité individuelle et collégiale de chaque membre, leur volonté à collaborer, et surtout leur objectif commun d’apprendre

Grâce à leurs adhésions à ces valeurs, et tout au long du processus d’innovation, ces communautés acceptent de prendre des risques, frôlant parfois la critique de l’idée « absurde ».

Ces organisations repensent les modalités de pilotage des projets et leurs composantes…à savoir d’intégrer des méthodes d’idéation, provoquant les désaccords et la déstructuration de l’existant, les pires scénarios projets, l’intuition, et le droit à l’erreur.

Explorer les paradoxes, conduit également les pilotes de chaque projet à animer l’égo de l’individu et celui du groupe, à soutenir et à confronter les points de vue, à valider l’expérimentation tout en challengeant les groupes de travail, à laisser une place au hasard tout en gardant une structure, à faire preuve de patience tout en respectant le planning, et enfin à impulser une certaine fierté à prendre des initiatives

Le vidéo learner – nouveau profil du collaborateur

En 2015, le cabinet Forrester Research réalise une étude sur l’impact de la vidéo dans le secteur de la publicité. Ce cabinet d’études calcule qu’une minute de vidéo est l’équivalent de 1,8 million de mots.

Aujourd’hui, une très grande partie de la communication sur internet se déroule sous un format vidéo. Autre secteur impacté par ce même média, est la formation professionnelle et les nouveaux formats d’apprentissage en ligne.

Une raison est simple : la vidéo est bien plus simple à concevoir, le format est accessible à partir des smartphones, et permet de (se) former en toute autonomie.

Le collaborateur devient ainsi un consommateur de vidéos en ligne, de conférences en ligne, visibles en mode direct ou en vidéos à la demande.

En 2014, 10,2 millions de Français (+13 %) ont regardé une vidéo sur internet, soit 2/3 de leur temps de vidéo.

Le « vidéo learner », que nous sommes, utilise les vidéos, pour découvrir de nouveaux sujets à travers les web conférences et apprendre également des autres (ex : Tutoriels).

Ce nouveau profil de « collaborateur » recherche des programmes courts et de qualité.

Il a également pris goût à la liberté d’apprendre par lui-même, à naviguer sur le net pour rechercher de nouveaux contenus et surtout à développer un esprit critique sur ce qu’il regarde...

Pour en savoir plus sur la vidéo à la demande, consultez notre livre blanc.

De nouveaux services pédagogiques en mode streaming…

De nouveaux services en ligne à destination de vos (futurs) salariés et de vos clients

La digitalisation des produits et des services amène les entreprises à proposer à leurs collaborateurs et à leurs clients de nouveaux services gratuits et payants.

De nombreux outils numériques apparaissent pour favoriser la communication et même la formation directement à partir de l’entreprise, pour les salariés et même pour les clients.

On parle beaucoup des formations au format E Learning pour permettre au collaborateur d’apprendre directement sur son poste de travail et à tout moment. La formation s’organise aussi dorénavant en dehors des structures traditionnelles comme les centres de formation. Elle est aussi devenue un nouveau service en ligne proposé par des concepteurs de formation E learning ou directement par l’entreprise.

Un des grands points forts de ces nouveaux services est d’avoir à disposition, un contenu pédagogique à destination de ses (futurs) salariés, pouvant être utilisé pour ses clients.

Voici un exemple de Formation E learning, destinée aux professionnels de l’HPA sur le risque incendie, pouvant servir à la fois pour les salariés de l’entreprise et aussi pour les futurs clients… notamment pour la partie évacuation d’un camping. Pour accéder au module E learning sur les arrêtés préfectoraux sur le risque incendie : cliquer ici

Former « gratuitement » ses clients peut également devenir un nouveau service à proposer, ne serait-ce pas une plus value pour vous ?

De nouveaux fovadrmats comme la vidéo en mode streaming (visionnage en ligne) se développent et permettent de transmettre un contenu pédagogique, visuel, ludique et surtout très court.

Visitons notre page de Vidéos à la demande

Cette nouvelle typologie de services en ligne propose de transmettre un contenu pédagogique, visuellement attractif, pour former les collaborateurs et constitue aussi un outil d’animation très sympathique pour vos clients !

Dans la préparation de 2017, l’enjeu pour les décideurs sera d’ajouter à son offre existante, un nouveau service à destination d’un consommateur (salarié et client), à l’affût de contenus pédagogiques (très souvent au format vidéo) et de plus en plus connecté.

Pour approfondir le sujet, un nouveau livre blanc sur la Vidéo à la demande sur notre page Publications

Learning by doing : Matinales du numérique avec le CNFPT

L’agence Grain’s Créateur de connaissances a été sollicitée en 2016 pour accompagner la Délégation Régionale du CNFPT de Languedoc Roussillon
à progresser dans l‘intégration du numérique en formation professionnelle.

Dans le cadre de leur projet intitulé « Les matinales du numérique« , nous avons co-construit des ateliers pédagogiques sur la base du Learning by doing, c’est à dire découvrir et tester de nouveaux usages/ outils numériques tout en apprenant.

matinales-du-numerique

La démarche du learning by doing consiste à associer l’apprentissage à la pratique à travers des démarches d’expérimentation ou de tests.

L’objectif des séquences pédagogiques proposées est de baser l’intention pédagogique sur un principe de base : chaque participant apprend pour lui et avec les autres, et de lui et des autres, à travers la reformulation et la mise en application immédiate des informations recueillies au cours de l’apprentissage.

dsc01572

Il s’agit de mettre un collectif en situation de faire, de mobiliser l’expérience des pairs et de créer un environnement apprenant, ludique et convivial, autour d’outils numériques.

dsc01574

L’usage du numérique en formation ne signifie pas la fin de l’humain…

Atelier SCAMPER – Co-conception du plan de formation départemental

L’agence Grain’s Créateur de connaissances a réalisé pour le Conseil Départemental du Finistère, un atelier collectif et collaboratif sur la méthodologie SCAMPER, le mercredi 19 octobre 2016.

Découvrir le programme de l’atelier : ici

Cet atelier a été conçu dans l’objectif d’accompagner le service Formation du Département à adopter une nouvelle approche pour élaborer le prochain plan de formation 2017-2021.

20161012_084256

L’atelier a consisté à utiliser une méthode de créativité appelée SCAMPER afin de faire émerger les grands domaines de formation en prenant en compte le bilan du précédent plan et en s’appuyant sur les engagements du projet départemental.

vignette-atelier-scamper-1

Au cours de cet atelier, les participants ont expérimenté en équipe cette méthodologie, utile et simple à réutiliser dans le cadre d’activités professionnelles.

Cette expérience aura été aussi pour les participants l’apprentissage d’une méthode innovante d’animation d’un groupe de travail.

word-cloud

Découvrir le programme de l’atelier : ici

Le Groupe Cybèle Vacances, une organisation « apprenante » pas comme les autres…

création d'outils apprentissage permanent

Dans l’économie dans laquelle nous évoluons aujourd’hui, l’environnement de travail demande une certaine forme d’agilité dans les modes d’organisations internes, pour faire face aux imprévus et aux multiples contraintes de l’activité. Cela conduit les entreprises et les collaborateurs à adopter une mise à jour permanente de leurs connaissances dans leurs métiers.

Dans le secteur HPA où les contraintes réglementaires sont relativement importantes, le Groupe Cybèle Vacances, a souhaité expérimenter au cours de ces derniers mois, de nouveaux modes d’apprentissages sur des thématiques choisies conjointement avec ses directions de site.

La démarche consiste à enclencher une dynamique d’apprentissages qui se fondent sur trois variables :

une articulation forte avec les situations de travail (l’objectif est de mieux les maîtriser) ;

-une démarche collective de confrontation des points de vue sur les problèmes rencontrés et les solutions à mettre en œuvre, ainsi que l’évaluation des connaissances adaptées aux questions traitées;

– un réinvestissement permanent dans le travail des apprentissages acquis.

Voici le récit du Groupe Cybèle Vacances, une organisation souhaitant considérer que chaque situation de travail est une opportunité d’apprentissage…

Lire le retour d’expériences du Groupe Cybèle Vacances : Réalisations

Pour démarrer l’expérimentation, commençons par définir ce que nous devons (ré)apprendre collectivement.

Le secteur de l’HPA est connu pour connaître une réglementation de plus en plus contraignante, ce qui nécessite une mise à jour des connaissances régulières et une information auprès des responsables d’entreprises. Les Fédérations régionales et départementales assurent une information précise et permanente auprès des adhérents, sur toute l’actualité juridique. Néanmoins, les collaborateurs ont besoin pour effectuer leurs missions quotidiennes, d’avoir accès à des sources d’informations, sous des formats synthétiques et opérationnels.

François Arnould, Responsable d’exploitation du Groupe Cybèle Vacances a souhaité mettre en place, en collaboration avec les directions de site, des outils facilitant l’apprentissage en situation de travail, sur des thèmes prioritaires liés à la réglementation sociale (ex : La mutuelle d’entreprise, les entretiens professionnels), sur les contraintes liées à l’actualité et aux différents contrôles réglementaires (Fiche de Police, registre de sécurité piscines, arrêtés préfectoraux, les aires de jeux etc..).

La première étape a consisté à associer les directions de site dès le démarrage de l’expérimentation, car ils deviendraient les utilisateurs finaux des outils d’apprentissage. Des entretiens ont été menés auprès de chaque direction pour présenter le projet et identifier les besoins de mises à jour des connaissances, en fonction du planning d’activités annuelles.

Pour apprendre ensemble, commençons par définir ce que nous savons

la suite des entretiens, une première auto-évaluation a été réalisée sur les thématiques définies collectivement afin de déterminer ce qu’il était nécessaire de connaître ou de réapprendre par chaque direction.

Un questionnaire en ligne a été conçu et chaque direction a été invitée à participer à cette auto-évaluation.

L’objectif était d’obtenir des données objectives, qui révèleraient le niveau général sur les thématiques choisies.

Une restitution des résultats a fait l’objet d’une concertation collective auprès des directions de site sur le format d’apprentissage.

La décision fut de poursuivre l’expérimentation en produisant des outils d’apprentissage, accessibles à travers des supports dématérialisés et au format papier (Voir photo ci-dessus).

L’élément majeur porté par le Groupe Cybèle Vacances est de considérer l’erreur (à travers le questionnaire d’auto-évaluation) non pas comme un mode de contrôle, mais comme une information à traiter. Il s’agit dans un certain sens de considérer que l’évaluation des connaissances des collaborateurs n’est pas uniquement l’affaire des services RH ou formation, mais constitue une nouvelle manière de manager ses équipes.

Pour être capable de faire face aux imprévus, continuons par apprendre et réapprendre

Au cours de l’année 2016, et en fonction du planning de l’activité, des fiches ont été conçues et transmises sur chaque thématique validée. Ces fiches ont fait l’objet d’observations et/ou d’ajouts de la part de directions en fonction des processus internes et des spécificités des sites.

Sur certaines thématiques comme les arrêtés préfectoraux, le format a évolué sur des modalités en E-Learning (module de formation à partir d’une plateforme). Le module sera associé à une fiche pédagogique.

Module E-Learning

Cliquer sur l’image pour tester le module E Learning

La finalité étant que ces outils sont disponibles et accessibles par chacun (au format papier et via leur ordinateur portable ou en lecture sur le smartphone). Ils peuvent être transmis à leurs collaborateurs, permanents et saisonniers, en fonction des sujets à traiter.

L’outil d’apprentissage est devenu de fait un outil de management pour les directions de site.

Lire le retour d’expériences du Groupe Cybèle Vacances : Réalisations

Concevoir des ateliers en explorant le social learning

L’agence Grain’s Créateur de connaissances a conçu pour le compte du réseau CCI Entreprendre, deux journées de séminaires Entreprise, les 6 et 7 Juillet 2016, en explorant le modèle du social learning.

Ce modèle très associé généralement au fonctionnement des réseaux sociaux (chaque chose est amenée à être reliée en réseau) consiste à proposer des ateliers d’échanges de connaissances sur des sujets liés au changement.

Ateliers CCI France 6 et 7 juillet 2016

Le social learning fonctionne si le processus est itératif, c’est à dire intégré comme un processus répété, considéré source d’apprentissage au sein de l’entreprise. 

Mettre en place un modèle de social learning consiste à : 

Intégrer l‘auto-apprentissage comme premier stade du social learning. En amont des ateliers proposés pour cet événement, l’idée centrale était de concevoir les ateliers comme un parcours d’apprentissage où chacun navigue, d’une thématique à une autre, en fonction de ses motivations et de ses problématiques métiers.

– Partager est un acte d’apprentissage et peut être considérer comme la clause personnelle du social learning. Sans partage, aucun apprentissage social n’est possible. Si la confiance existe, au travers de conversations, nous pouvons partager du savoir implicite. Dans le cadre des ateliers organisés, il s’agissait de créer un environnement où chacun est amené, à l’occasion des différentes activités proposées, de partager librement ce qu’il sait sur chaque thématique.  Au cours de chaque activité, un responsable/ un scribe avait la charge de résumer en -140 mots les éléments marquants recueillis.

Transmettre son savoir ne me prive pas de ce que je sais… L’activité en groupe permet la création de nouveau savoir et de faire évoluer certaines croyances… Des outils comme le World café et le forum ouvert favorisent la génération de nouvelles idées, sans trop de formalisme et d’encadrement.

– Formaliser les savoirs à tous les niveaux (individuellement, collectivement et en réseau) :  Une partie du savoir informel peut être rendu explicite et consolidé à travers la formalisation et la création de nouveau savoir structuré, tel que le storytelling, sous forme de carte heuristique. 

20160707_125031

Dans le cadre des journées, l’objectif était aussi d’évaluer les thèmes proposés, le format des activités, en préservant une certaine convivialité des échanges et apportant un côté ludique à une tâche, très souvent bâclée, car ennuyeuse…

DSC01500

Un autre aspect du Social Learning, et très rarement évalué en fin de dispositif, est d’identifier le ressenti des participants.

Appréciation des échanges entre les participants