Faire de la crise du Covid 19 une opportunité pour devenir une organisation apprenante

Dans certains pays, l’incertitude n’empêche pas d’agir.

Revenons en 2007. Je suis engagée comme officier de réserve en Afghanistan. Je réalise une mission d’expertise en intelligence économique pour le Ministère de la Défense. Au cours de cette mission, je suis amenée à réaliser une cartographie des entreprises françaises implantées à Kaboul. Plus mes recherches avancent, plus je découvre que de nombreux français ont tenté l’aventure de venir entreprendre en Afghanistan, alors que nous sommes en pleine guerre contre les talibans. Parmi ces entreprises, je rencontre un boulanger, un restaurateur (qui inspirera certainement la série Kaboul kitchen…), des cabinets conseils mais aussi des cadres de grandes entreprises françaises.

Une chose m’interpelle tout au long de cette mission : la capacité des entreprises françaises, étrangères et afghanes à agir et à prendre des décisions dans l’incertitude du lendemain et à gérer des situations complexes au quotidien.

Se saisir de cette crise pour savoir agir dans la complexité

Savoir adapter son activité professionnelle aux dangers et aux contraintes extérieures est un quotidien que nous ne connaissions pas.

La situation d’insécurité que nous vivons actuellement avec la crise du COVID 19 est difficile à vivre pour de nombreuses entreprises. Les mesures de( re)confinement n’ont pas forcément été prévues dans le fonctionnement d’une organisation. Difficile de se projeter et de faire des plans d’action du fait que la situation évolue au jour le jour… Cette incertitude est vécue comme un non sens dans le quotidien d’une entreprise car elle modifie la manière dont nous organisons généralement les activités. dans les sociétés occidentales, nous fonctionnons sur des plans d’actions à moyen et long terme et sur des processus décisionnels, très codifiés. Depuis les années 2000, tout s’organise autour d’un circuit d’information trés hiérarchisé laissant peu de place à l’improvisation et à la l’initiative. Or actuellement, la nature inédite du phénomène auquel nous sommes tous confrontés invite plutôt à trouver des solutions par nous-mêmes et à une certaine prise d’autonomie.

Face à cette situation inédite et dans un contexte de prise de décision avec un manque de planification significative, le décideur peut profiter de cette opportunité pour engager une réflexion de fond sur son organisation et pour comprendre sa réelle capacité à agir.

Le modèle de l’organisation apprenante apprend à s’adapter en situation de crise

En France, le modèle de l’ organisation dite apprenante se développe. Pourquoi ? Parce que ce modèle est né d’une étude portant sur des organisations ayant eu la capacité de résister aux crises économiques et technologiques.   

Une organisation est définie comme “apprenante lorsqu’elle a développé la capacité d’évoluer en permanence grâce à la participation active de tous les membres dans l’identification et la résolution des problèmes liés au travail.” (Robbins et DeCenzo, 2004, p177).

Plus concrètement, l’organisation apprenante utilisera toutes les situations et tous les contextes comme des opportunités pour apprendre. La période actuelle nous pousse à réfléchir autrement au fonctionnement de l’activité avec le télétravail, les mesures de sécurité sanitaires et de distanciation sociale, la formation des salariés à distance etc.

Le modèle de l’organisation apprenante nous apprend à voir autrement les principes de planification, la gestion des projets et la montée croissante voire absorbante des outils numériques au travail.

La période actuelle nous donne à la fois le temps de réfléchir sur les fonctionnements de l’entreprise, sur sa capacité à s’adapter aux crises et nous invite dans une certaine urgence à imaginer son devenir.

Et ne rien changer ou revenir en arrière serait dans ce cas, ne pas comprendre la nécessité urgente de savoir s’adapter.

Changement organisationnel d’une DRH : un travail de co-création au sein du CD29

L’agence Grain’s créateur de connaissances accompagne depuis plusieurs mois la Direction des Ressources humaines du Conseil Départemental du Finistère à élaborer sa nouvelle feuille de route et plusieurs scénarios organisationnels. 

Bénéfices de la démarche pour la DRH et les agents : vision partagée des priorités stratégiques et des changements organisationnels. Développement de nouvelles compétences comme “apprendre à apprendre” et la résolution de problèmes. Développement de nouvelles sources de motivation au travail.   

La démarche de la DRH du Conseil Départemental du Finistère est particulièrement novatrice dans l‘implication des 80 agents de la DRH à participer aux travaux de co-création.

Habituellement par simplicité, les directions définissent leurs priorités stratégiques et demandent une adhésion à leurs collaborateurs lors de la présentation officielle…

Dans le cas de la DRH du CD 29, la démarche a consisté à associer des groupes de travail au  processus de création, sur la base du volontariat et de l’expertise métiers. Toutes les parties prenantes au projet ont été sollicitées : clients internes, syndicats, directions, élus etc.

L’agence a proposé en parallèle d’animer les groupes de travail avec des techniques innovantes et d’expérimenter une nouvelle forme d’apprentissage appelée apprenance en équipe, dans cette démarche de co-construction.

Pour garder une trace de cette démarche, des restitutions illustrées ont été créés par Tatienne Laplanche, notre brillante illustratrice afin de faciliter l’appropriation de la nouvelle histoire de la DRH du CD29.

A suivre…