Et si je développais des métacompétences en 2021 ?

Avec la crise du Covid et la montée en puissance du numérique dans le monde du travail, de nouvelles compétences deviennent stratégiques.

Plusieurs articles du magazine Harvard Business Review plaident pour faire évoluer la définition du mot compétence. On peut observer de nouvelles approches la définissant comme étant une capacité à agir dans un contexte particulier et s’adapter à des situations complexes.

A ce titre, des articles récents explorent d’autres champs, en apportant de nouvelles catégories comme les métacompétences. En voici quelques-unes : la pensée critique, le raisonnement systémique, l’agilité numérique, la résolution de problèmes, la réflexivité.

A quoi servent ces nouvelles compétences dans la vie professionnelle ?

Dans cet article, nous vous proposons d’apporter un éclairage et des pistes de travail pour doter vos organisations de nouvelles compétences collectives et cognitives. 

La nouvelle catégorie des métacompétences

Les compétences métiers existeront-elles encore demain ? Il est légitime de se poser la question, avec la place qu’occupe aujourd’hui les outils numériques dans le métier. Certaines compétences appartenant à mon métier sont aujourd’hui réalisées par des machines, plus ou moins intelligentes. Ces machines calculent plus vite qu’un humain, peuvent résoudre un problème à ma place comme les mises à jour automatiques de mes logiciels ou peuvent répondre à des visiteurs sur mon site web dans une messagerie instantanée.

Selon le Harvard Business Review, on prédit que le métier dépendra du contexte professionnel (le projet d’un client, par exemple), socio-économique, sanitaire, démographique, environnemental ou encore technologique. Tous ces paramètres déterminent et façonnent déjà mon activité.

Pour de nombreux indépendants et de salariés, les catégories de compétences varient en fonction des situations de travail : par exemple quand je consulte ma messagerie, j’utilise une compétence technique mais elle est conditionnée à une analyse critique de l’information, notamment dans la suppression des spams.

Certaines compétences peuvent avoir une influence sur d’autres compétences, on parle dans ce cas de métacompétences. Les méta-compétences sont des compétences permanentes acquises de façon totalement autonome. Elles permettent d’acquérir d’autres compétences analytiques ou techniques. Afin de les développer, un individu doit investir plus d’énergie et d’attention que dans les tâches routinières ordinaires.

Pour mieux comprendre ce qu’elles sont, nous allons décrypter 5 métacompétences, parmi celles qui existent.

La pensée critique, une compétence fondamentale pour construire sa connaissance sans automatisme

L’esprit critique est une compétence parfois difficile à cerner au quotidien et pourtant nous l’utilisons sans nous en rendre compte : rechercher une information sur le web, identifier un message frauduleux ou lire d’un article en vérifiant la source d’information.

La pensée critique peut être considérée comme le début d’une action comme par exemple quand nous apprenons : on analyse et on évalue une information afin d’améliorer ses pratiques.  Pour comprendre une information, nous pouvons nous poser des questions ou la reformuler.

L’esprit critique sert à ouvrir son esprit, à identifier ses croyances, ses dogmes, ses modes de raisonnements courants.

Pour vous accompagner à identifier les croyances ou certains dogmes, l’agence Grain’s a créé une affiche pédagogique sur les schémas mentaux. Ce poster comporte 3 techniques pour vous guider dans ce travail d’identification des modes de raisonnement récurrents, voire automatiques, qui peuvent être dans certains cas, des sources de résistance au changement. 

La pensée systémique, une compétence cognitive pour la prise de décision et le fonctionnement en mode projet

Encore une compétence considérée comme complexe et trop peu développée. Pourtant, si nous regardons la réalité dans laquelle nous évoluons, tout est une histoire de système : le vivant est un système, les organisations de travail sont des ensembles systémiques, qui interagissent entre eux.

La pensée systémique est le mode de raisonnement à privilégier pour résoudre des problèmes complexes. Elle peut aussi servir à analyser l’impact d’une décision et dans un même temps, d’analyser les effets sur la nature du problème initial. Ce qui est rarement fait dans les processus de décision.

La complexité fait partie de notre quotidien. Le raisonnement systémique devrait l’être aussi.

L’agence Grain’s a conçu un carnet d’exercices pratiques pour s’exercer à la pensée systémique. Cet outil pédagogique ludique peut être d’une grande aide pour s’initier à la résolution de problèmes complexes.

L’agilité numérique, une compétence garante de la confiance que nous accordons aux outils et aux individus

Être agile dans l’utilisation des outils numériques n’est pas qu’une question d’équipements. L’agilité comprend la connaissance du fonctionnement d’un moteur de recherche, notamment avec l’usage de booléens. Ce sont par exemple les guillemets que l’on place entre les mots clefs pour qualifier une recherche d’informations. Cette compétence couvre également la compréhension des algorithmes des réseaux sociaux dans une démarche de E-reputation et éviter des frustrations inutiles ou de prendre conscience d’être absorbé (par exemple sur des notifications).

L’agilité numérique devrait être un pré-requis au télétravail et aux perspectives de travailler en mode hybride, en présentiel, en distanciel ou dans des espaces de coworking.

Plus vous êtes agile dans les usages numériques, plus vous reprenez le contrôle… Vous prenez conscience de la part d’attention qu’ils occupent dans un emploi de temps. Ce qui permet pour les organisations de mettre en place de nouveaux modes de régulation sur l’utilisation des outils collaboratifs, comme Teams ou Klaxoon, voire de nouveaux métiers comme celui de manager de la collaboration ou coach de prévention des distractions.

La résolution de problèmes, une compétence anglosaxonne qui gagne du territoire en France

La capacité à résoudre des problèmes est utile dans bien plus de domaines qu’un devoir de mathématiques. La pensée analytique et les compétences pour résoudre des problèmes sont exigées dans bien des emplois allant de la comptabilité à la programmation informatique en passant par les enquêtes policières et des activités plus créatives telles que l’art, le théâtre et l’écriture.

D’après l’étude du World Economic Forum publiée en 2020, la résolution de problèmes fait des top 10 des compétences transversales (Soft Skills).

La résolution de problèmes complexes consiste à appliquer des méthodes d’idéation (comme la méthode SCAMPER) et à utiliser l’imagination pour concevoir des solutions intelligentes aux problèmes.

L’automatisation des taches simples rend notre cerveau un peu fainéant face à la complexification de certains travaux. Penser autrement avec des méthodes d’idéation peut être trés utile sur des projets complexes pour éviter les erreurs de raisonnement ou les raccourcis trop faciles.

La réflexivité, une aptitude qui prend forme dans l’AFEST

La réflexivité est un processus cognitif qui consiste à prendre du recul sur son mode de fonctionnement ou sur ses routines de travail. De nombreuses recherches en sciences sociales ont tenté de définir la pratique réflexive. On parle également d’écriture réflexive. Il s’agit d’un exercice pédagogique dans lequel un apprenant rédige toutes les étapes qui ont mené à réaliser la tâche demandée. 

En formation, la réflexivité est pratiquée lors de la rédaction des dossiers professionnels pour l’obtention de titre RNCP. Les apprenants rédigent un rapport en décrivant leur processus de travail.

La réflexivité est connue aujourd’hui avec la formation en situation de travail (AFEST). Elle constitue une des étapes de la formation, dans laquelle le salarié réalise une analyse sur sa pratique et détermine les écarts entre ce qu’il sait faire et ce qu’il devrait être fait.

La réflexivité est également un formidable levier pour développer de nouvelles postures et d’identités professionnelles, notamment pour devenir un référent ou un tuteur AFEST au sein de l’entreprise.

En 2021, misons sur des compétences cognitives pour redessiner de nouveaux métiers.

La crise du Covid a modifié la vision que nous avions sur ce que devrait être un savoir-faire ou un savoir-être dans des contextes difficiles et complexes. Auparavant, les organisations définissaient des profils en vue d’exercer un métier dans un environnement stable.  

Dorénavant, un individu devra être capable d’agir en fonction d’un contexte précis.

Le contexte sanitaire a eu des conséquences sur les processus métiers internes comme les services formation. Des sessions ont été organisées dans les 15 jours pour répondre à une situation de travail problématique.

On peut espérer que l’expérience vécue durant la crise du Covid amènera à miser sur le potentiel de chacun pour permettre de développer soit en formation, soit de manière autonome, des compétences comme la créativité ou l’attention.

En attendant, chacun peut commencer à entraîner son cerveau et à mobiliser un nouveau socle de compétences pour être en capacité de réagir, quel que soit l’avenir.

L’histoire de Sophie et du droit à la déconnexion

Sophie et le droit de déconnexion

Depuis quelques années, les smartphones prennent de plus en plus de place dans le quotidien des enfants.

L’exposition des enfants de moins de 3 ans aux écrans est de plus en plus précoce et de plus en plus répétée, selon une étude de l’Inserm. Dès l’âge de 2 ans, voire de 12 mois, de plus en plus de nourrissons sont biberonnés aux écrans. D’après une étude de l’Inserm/Ined, 20% “jouent” avec une tablette ou un smartphone au moins une fois par semaine. De mauvaises habitudes, nuisibles à la santé, selon des pédopsychiatres qui préconisent de ne pas exposer un enfant de moins de 3 ans aux écrans. Mais comment aider les enfants à “déconnecter” alors qu’il a déjà pris l’habitude de jouer depuis le plus jeune âge derrière un clavier ?

Acculturer au droit à la déconnexion est devenu nécessaire pour sensibiliser les enfants aux impacts physiques liés à une connexion intensive, notamment le développement de la myopie ou l’apparition d’une voûte au niveau du cou.

L’agence Grain’s anime des ateliers pratiques pour Novices du numérique en partenariat avec l’ANPEP à Apt ou en France avec le CNFPT.

Récap Février 2020 : On vous dit tout !

Au cours du mois de Février, l’agence est intervenue sur des ateliers dédiés au numérique et à l’acquisition de compétences numériques : Des ateliers pour Novices du numérique et pour des agents du CNFPT souhaitant utiliser des plateformes collaboratives comme Klaxoon.

Création de cartes connectées sur l’illettrisme numérique

En février, l’agence Grains a également accueilli Kevin B., jeune graphiste en formation pour travailler sur la création de cartes connectées sur l’illettrisme numérique. Un projet encore à l’état de prototype…Le travail réalisé en – de 4 jours est une trés grande qualité !

Méthodes agiles et cybersécurité

Au cours de ce mois, Séverine CHARLON est également intervenue sur des ateliers “méthodes agiles” à destination de développeurs web, en formation à l’ANPEP. Dans cette formation, les développeurs ont pu mettre en application la méthode SCRUM dans le cadre d’un projet sur la cybersécurité.

L’animation de groupes de travail ne se résume pas au groupe. Pensez aussi aux espaces de réunion.

Confidences de Séverine CHARLON

Séverine CHARLON, Fondatrice de l’agence Grain’s Créateur de connaissances

Depuis que j’ai 18 ans, l’animation fait partie de ma vie. J’ai débuté cette activité dans l’eau avec des bébés nageurs et avec des personnes ne sachant pas nager. Ancienne nageuse, mon hobby consistait à créer des univers de jeux dans l’eau les samedis et dimanches matins pour apprendre aux gens à respirer dans l’eau et à évoluer dans cet élément.

Pour moi, l’animation de réunions ou de groupes ne diffère pas de ce que je faisais dans une piscine. L’idée est de faire évoluer des individus, dans un ou plusieurs espaces, en faisant appel à des techniques et à des activités. Dans ma formation initiale, j ‘ai eu l’opportunité d’étudier les arts du spectacle et la photographie. Ce que j’ai appris dans mon parcours me permet de penser autrement les espaces de réunion. Quand je prépare un séminaire ou une réunion, j’utilise le terme de scénarisation.

C’est quoi la scénarisation ?

La scénarisation est l’art d’écrire des scénarios, un script décrivant une histoire. Cette discipline rattachée à l’univers des arts du spectacle est aujourd’hui utilisée dans le champ de la formation et dans l’organisation de séminaires.

La scène s’installe dans la salle de réunion où des jeux de rôles se jouent habituellement…L’animateur de réunion joue un rôle d’acteur qui ne s’exerce que dans ces espaces… n’est-ce pas ?

Pourquoi la scénarisation est-elle autant importante dans l’animation de réunions ?

Pour moi, scénariser une réunion est une des clefs pour engager des individus dans une situation de travail anodine qui habituellement se joue assis autour d’une table… La scénarisation facilite le séquençage des différents temps et permet de penser autrement aux espaces dans lequel les participants sont regroupés.

Pour moi, l’espace est physique et numérique. Il est composé de murs, de la salle et de l’extérieur, des outils numériques qui peuvent nous renvoyer à d’autres espaces de travail (supports dématérialisés, dossiers partagés, quiz intéractifs etc.).

Si ces espaces sont identifiés dans les temps de réunions, ils favorisent l’engagement des participants, au travers d’activités qui leurs seront demandées.

Activités qui utilisent les murs…

Plus concrètement, comment pensez-vous les espaces dans vos ateliers ?

Quand l’agence est sollicitée dans l’animation d’ateliers, nous demandons le plan de la salle. En fonction de l’espace, nous allons pouvoir nous projeter à priori dans le scénario. Je garde des réserves car l’improvisation fait aussi partie du métier… Par exemple, lundi et mardi dernier, nous avions un couloir à l’extérieur qui favorisait la marche après le déjeuner… Nous avons donc utilisé ce couloir, ce qui s’est fait, sans être prévu dans le scénario…

Ensuite, nous travaillons pour que le mobilier puisse bouger dans l’espace. Les chaises et les tables ont des fonctions précises dans un espace. Les tables servent à l’écriture ou la prise de note, mais elles servent aussi à produire ou à fabriquer des idées ou des objets…

Les chaises sont des outils qui peuvent être regroupés en cercle ou en binôme… Trés simplement, nous exploitons la nature mobile… de ces équipements, une caractéristique parfois oubliée dans les réunions.

Notre plus value, c’est d’utiliser le prototypage pour repenser les espaces…

Dans nos ateliers, nous travaillons sur des prototypes des réunions. Ces réalisations sont des activités ludiques pour construire en équipe le scénario de réunion. Et comme disait une participant cette semaine “elles peuvent même servir d’ordre du jour”

Prototype d’un espace de travail

Nos ateliers sur ce thème

Atelier en situation de travail – de l’agence Grain’s Créateur de connaissances

Accompagnement des changements organisationnels : redéploiement, mutualisation, reconversion

Accompagner le changement organisationnel, ça s’apprend !

En partenariat avec le CNFPT de Poitiers, Séverine Charlon a animé un atelier “Accompagnements des changements organisationnels : Redéploiement, mutualisation et reconversion“.

L’objectif de cet atelier est de former des conseillers en évolution professionnelle à acquérir des méthodes et des outils appropriés pour mener des plans d’accompagnement individuel et collectif ou des projets de conduite du changement.

Recap Novembre : On vous dit tout !

L’agence Grain’s Créateur de connaissances propose une approche collaborative dans le design des espaces de travail. Nous travaillons sur la réunion comme un espace de production. Nous accompagnons des équipes à scénariser des ateliers collectifs ou des réunions de travail.

L’agence Grain’s Créateur de connaissances s’engage dans l’open data.
L’agence Grain’s anime des webinaires dédiés aux techniques d’animation de réunion.
L’agence Grain’s créateur de connaissances intervient partout en France sur des ateliers en situation de travail.

Récap Septembre : l’agence vous dit tout !

L’agence anime des webinaires en partenariat avec Webikeo. Les derniers webinaires de septembre sont en rediffusion jusqu’en avril 2020 !

L’agence accompagne des grands projets de travail collaboratif et en mode agile au sein de collectivités et d’entreprises dans toute la France. Elle participe également à des recrutements en qualité de jury sur des métiers autour de la formation professionnelle.

Entreprise labellisée “Entreprendre durablement en Luberon”, l’agence Grain’s a réalisé des travaux pour la récupération des eaux pluviales et pour de nouveaux usages.

Recap Juillet : L’agence vous dit tout !

Adobe Spark, un outil intuitif et facile pour concevoir des vidéos pédagogiques

Adobe Spark, un outil numérique pour créer des vidéos pédagogiques

L’agence Grain’s Créateur de connaissances travaille sur le design visuel et sur la fonctionnalité des supports. Elle accompagne les entreprises et collectivités dans l’utilisation d’outils numériques, simples et intuitifs.

L’agence anime des ateliers en situation de travail, dans toute la France

Les ateliers animés par l’agence

L’agence anime des ateliers dans le secteur public et le secteur privé sur des sujets portant sur l’animation de groupes projets, sur la formation en situation de travail et sur l’utilisation d’outils numériques.

Définition illustrée de la facilitation

Mindelow, Nénette et Pépette ont un mot à vous dire sur la facilitation.

L’agence entreprend durablement avec la mise en place de 100 ruches

Entreprendre durablement en Lubéron avec la mise en place de 100 ruches

L’agence est labellisée Entreprendre durablement en Luberon depuis 2018. Pour poursuivre son engagement, l’agence a mis à disposition un espace pour la mise en place de 100 ruches de la société Miel Martine.

Médiatiser des contenus pour tous – CNFPT Occitanie

Depuis 2018, l’agence intervient pour le CNFPT sur les usages numériques et la médiatisation de contenus. Ces ateliers sont généralement destinés aux formateurs et équipes pédagogiques de la fonction publique territoriale. Or, les participants sont plus souvent des professionnels de tous secteurs (finance, juridique, bibliothèques, communication) souhaitant s’initier à de nouvelles pratiques numériques ou à de nouveaux supports comme la vidéo.

Centre National de la Fonction Publique Territoriale à Toulouse

La médiatisation de contenus est devenue une compétence numérique à part entière dans tous les métiers. Quelque soit le secteur d’activité, les professionnels ont toujours les mêmes besoins : informer, partager, présenter, former, communiquer, manager…

De nombreux outils numériques permettent aujourd’hui de créer des vidéos, des présentations animées, des infographies... Ceci nécessite de les identifier et de les utiliser au bon moment et pour le bon contenu

L’atelier que nous animons porte sur une initiation à la médiatisation, en allant du plus simple au plus compliqué. L’objectif n’est pas de frustrer avec des outils trop difficiles à prendre en main, ni de payer pour un abonnement qui ne sera pas réutilisable à la sortie de l’atelier. (PS : Expérience vécue au lancement de l’agence).

L’objectif est de donner envie de changer de routines et de pratiques professionnelles tout ajoutant une petite dose de plaisir au travail.

Ce qu’impose la digitalisation d’une routine de travail… Avec la Fondation de France

La Fondation de France a engagé une transformation digitale de ses processus internes. La digitalisation des métiers n’est pas nouvelle, néanmoins les enjeux sont certainement encore plus importants aujourd’hui et peut-être différents.

Pour être en capacité de réussir cette transition, la Fondation de France souhaite embarquer les futurs utilisateurs de ce nouveau service numérique.

Dans cet objectif, l’agence Grain’s Créateur de connaissances travaille actuellement avec la Fondation de France, pour accompagner pédagogiquement les futurs utilisateurs à adopter un nouvel outil numérique dans leurs routines de travail.

Activités réalisées par l’agence

Ateliers de co-conception d’une animation pour expliquer le pourquoi de cette transformation – co-ingénierie des formations pratiques organisées pour les futurs utilisateurs – co-design d’une notice d’utilisation.