Les usages de la classe virtuelle en formation

« Je conseille vraiment à tous ceux qui sont concernés que ce soit des présentations ou des formations à distance de suivre cette formation. »

Ce commentaire est l’appréciation globale de D.V, ayant suivi la formation « Animer des classes virtuelles » de l’agence Grain’s, en partenariat avec la CCI Formation Allier.

L’usage des classes virtuelles est nécessaire mais il sert à construire un type de connaissances… C’est tout l’objet de la formation que nous proposons.

Pour nous, la classe virtuelle ne remplace pas le présentiel.

Elle est complémentaire. La classe virtuelle est un format adapté au thème de la formation. Par exemple, utiliser le format virtuel pour des formations portant sur les thèmes de travail hybride ou sur le télétravail. Son usage est pensé avec le contenu de la formation et les compétences numériques à développer, comme l’usage des salles virtuelles.

Dès sa création, dans les années 2000, la classe virtuelle a été une modalité pédagogique qui mettait en valeur l’individualité de l’apprenant, contrairement aux idées reçues. La classe virtuelle, dans son organisation, propose une autonomie de l’apprenant dès sa connexion à la salle virtuelle. Ce format pédagogique nécessite de prendre en compte que l’apprenant est seul devant son écran tout au long de la formation.

Pour l’agence Grain’s, l’enjeu est d’engager le participant du début jusqu’à la fin. Tout ceci est possible, si le formateur/la formatrice passe d’une logique de formation à une logique d’apprentissage.

Webinaire en replay – 5 conseils pour animer vos classes virtuelles

L’agence propose 5 conseils pour animer autrement sa classe virtuelle
Pas simple de basculer du présentiel au distanciel… Pour vous guider dans vos animations, l’agence Grain’s vous propose un webinaire gratuit en rediffusion.

Ce qu’implique la digitalisation d’une routine de travail… Expérience de la Fondation de France

A l’ère du numérique, la digitalisation des métiers dans une organisation n’est pas chose nouvelle, néanmoins les enjeux sont certainement encore plus importants aujourd’hui et peut-être différents.

Pour illustrer ce propos, je m’appuierai sur l’expérience de la Fondation de France, qui engage ces derniers mois une transformation digitale de ses processus internes.

Pour être en capacité de réussir cette transition, la Fondation de France a souhaité embarquer les futurs utilisateurs de ce nouveau service numérique.

Dans cet objectif, l’agence Grain’s Créateur de connaissances travaille actuellement avec la Fondation de France, pour accompagner pédagogiquement les futurs utilisateurs et les initiateurs de ce service, à adopter un nouvel outil numérique dans leurs routines de travail.

Avec l’équipe en charge de ce projet, la question s’est posée du besoin des futurs utilisateurs et du type d’accompagnement à proposer.

Après une phase expérimentale réalisée en amont auprès d’un échantillon d’utilisateurs, une phase de déploiement est conçue différemment de la première.

Pour l’agence, la question de l’accompagnement dans une transition numérique doit reposer sur un enjeu « fil rouge ». En l’occurrence, dans le cadre de la mise en place d’un nouvel outil numérique, l’enjeu est celui de l’autonomie dans l’outil et dans le processus administratif digitalisé…

Etre autonome est une capacité professionnelle qui s’acquière et qui nécessite du temps, en fonction des individus.

Le deuxième enjeu d’une transition digitale réside dans la nécessité de faire évoluer une pratique professionnelle, que nous appellerons une routine, et d’accompagner les utilisateurs à accepter ce changement de méthode pour obtenir un résultat équivalent. A une différence, l’utilisateur gagne un nouveau pouvoir d’agir qui augmente sa performance et son efficience professionnelle.

Enfin, le troisième enjeu est ne pas décevoir l’utilisateur sur des promesses que l’outil ne pourrait pas tenirEtre honnête sur ce que fait l’outil et ses limites reste essentiel pour réussir un accompagnement, qui demandera du temps et de l’engagement à toutes les parties…

Ce qu’impose la digitalisation d’une routine de travail… Avec la Fondation de France

La Fondation de France a engagé une transformation digitale de ses processus internes. La digitalisation des métiers n’est pas nouvelle, néanmoins les enjeux sont certainement encore plus importants aujourd’hui et peut-être différents.

Pour être en capacité de réussir cette transition, la Fondation de France souhaite embarquer les futurs utilisateurs de ce nouveau service numérique.

Dans cet objectif, l’agence Grain’s Créateur de connaissances travaille actuellement avec la Fondation de France, pour accompagner pédagogiquement les futurs utilisateurs à adopter un nouvel outil numérique dans leurs routines de travail.

Activités réalisées par l’agence

Ateliers de co-conception d’une animation pour expliquer le pourquoi de cette transformation – co-ingénierie des formations pratiques organisées pour les futurs utilisateurs – co-design d’une notice d’utilisation.